• Panier vide
Remonter

septembre 2019

Home / 2019 / septembre

Aujourd’hui je vous présente Fatou [Scherrer], fondatrice de MOTHER PARIS, agence de production de publicité, organisation de tournages, shootings, événementiel, gestion de projet, créée il y deux ans déjà. Elle est aussi d’une stupéfiante beauté, ce qui n’empêche ni ne cautérise de profondes blessures.

 

Bamako, Mali, Fatou avait 3 ans, lorsqu’elle fut confiée à une nouvelle famille.

 

Une nouvelle maman et un nouveau papa, aimants et généreux, l’ont prise sous leurs ailes. Dès lors, la mystérieuse alchimie de la résilience a commencé son œuvre.

La ritournelle qui traverse les pages de mon livre, résonne dans la tête de Fatou : Tout homme blessé est contraint à la métamorphose (Boris Cyrulnik)… toute petite fille blessée encore plus.

La métamorphose de Fatou est lumineuse aujourd’hui, à force de détermination et grâce à la bienveillance de ses parents. Elle est à la fois Fatou et Scherrer, où est le problème ? Il n’y en a pas, au grand dam de ceux qui prôneraient l’ablation forcée de sa part ineffaçable d’Afrique, qui cohabite en harmonie avec tous ses acquis européens.

 

Nous avons le même âge, nous avons suivi des filières similaires (ESMOD pour Fatou ) qui nous prédestinaient aux mêmes univers professionnels. Cependant Fatou, qui sait manier l’humour et l’autodérision – deux ingrédients indispensables pour progresser dans le maquis du quotidien, soit dit en passant – n’hésite pas à prétendre qu’elle ne serait qu’une «créative inachevée ». En conséquence elle a compensé cette contrariété par un formidable sens de l’organisation – que je lui envie, naturellement ! – dans l’accompagnement des missions qui lui sont confiées.

 

En 10 ans, passés au début dans deux agences successives ( Profirst et Coandco ), avant de se lancer dans le grand bain de sa propre entreprise, Fatou a capitalisé un remarquable savoir-faire dans la gestion de la partie immergée de l’iceberg de toute production artistique : coordination des équipes créatives et des prestataires externes, logistique des événements et des plans de communication, mise en place des budgets, gestion des facturations… Tant de choses que j’aimerais savoir faire sans me disperser, mais heureusement Astrid et Agathe sont venues pour combler ce déficit .

 

Au gré de son cursus et des clients qu’elle a servis, Fatou a opéré dans l’industrie du luxe ( ex : Piaget, Rolex, Tudor …) . Ce n’est pas une inclination personnelle, ce fut une opportunité. A cette occasion elle a pourtant apprécié ce que l’on ne voit guère dans cette filière d’excellence, c’est l’esprit intact de l’artisanat dans toute sa noblesse. Toutes les grandes maisons, devenues des fleurons de notre pays (et de sa balance commerciale) sont au cœur d’une profonde mutation . Leur croissance ininterrompue n’aura de sens, et sera encore plus rentable, que si elles respectent les fondamentaux de leur responsabilité sociale et environnementale.

 

Dans cette veine, Fatou a bien compris que le temps était venu de changer de logiciel. Elle privilégie des plans d’actions et des productions éco-responsables, quitte à faire des choix drastiques concernant ses missions. A Mister K nous nous reconnaissons pleinement dans cette démarche d’«économie circulaire » en proclamant Faire du beau, faire le bien, le faire bien. Fatou et moi, avec plein d’autres, sommes compagnons de route et amies, ce n’est pas une opportunité , c’est une mission.

 

Un vent s’est levé dans l’industrie du luxe et nous regardons avec intérêt le «fashion pact» prôné par F.H Pinault, PDG du surpuissant groupe Kering. Il n’y a plus de retour en arrière possible, à moins d’être animé par l’autodestruction lente. Les plus avisés des grands acteurs savent désormais qu’ils se «tireraient dans le pied» s’ils se retranchaient derrière le «pourvu que rien ne change».

Nous ne pouvons imaginer que le «fashion pact» ne soit qu’un outil de com. ce serait désespérant et stupide, or ces grands acteurs ne sont pas stupides. S’ils ne modifient pas certaines pratiques (transports et logistiques plus frugaux, zéro gâchis, respect du facteur humain et des conditions de travail, surtout en pays émergents…), ce n’est pas tellement les lois d’un pays qui les rattraperont, mais une loi universelle non écrite, celle des réseaux sociaux et des influenceurs, qui impactera directement leur cour de bourse et/ou leur réputation .

 

Aucun n’est stupide, en effet, mais chacun doit passer l’ultime test de sincérité et ça, c’est le vrai révélateur. C’est bien beau d’afficher «[nos] valeurs » dans tous documents promotionnels . Qui aujourd’hui n’affiche pas qu’il promet l’éthique et la morale dans toutes actions du quotidien, «parce que c’est vendeur, Coco ! ». Mais derrière la vitrine clinquante et le voile des apparences, peuvent-ils garantir la traçabilité éco-responsable de leur chaîne de production, respectent-ils le facteur humain sans cynisme ou abus de faiblesse dans le management, trouvent-ils un sens à leurs profits ? Somme toute, la sincérité ne s’affiche pas sur des flyers, c’est une attitude intime, on l’a ou on ne l’a pas .

 

Confucius a toujours eu des visions fulgurantes : Celui qui plante la vertu, ne doit pas oublier de l’arroser souvent !

 

Vous l’aurez compris, Fatou – elle a beau ne pas le reconnaître – est créative et créatrice de valeur dans sa façon d’avancer dans la vie de son pas délié et faussement nonchalant, élégant quoi !  Créatrice de lien [elle gère la communication du lancement de l’application Eleven Life, un nouveau réseau social dédié a reconnecter les gens à la vraie via des experiences insolites -…] et surtout accompagnatrice de ses productions sans lâcher une seul seconde la main de ceux qui lui font appel . Ce n’est pas un hasard si la société qu’elle a créée se nomme MOTHER . Une mère ne doit jamais lâcher sa progéniture, et pourtant …

 

Fatou aime aussi passionnément, le cinéma, la peinture – il lui arrive souvent de se lancer dans des élans d’abstraction lyrique pinceaux en main – et la littérature. En nous séparant, en cette fin du bel été qui traîne doucement en longueur, elle me confesse un tendresse particulière pour «Le train de ma vie », de Jean d’Ormesson, bien plus émouvant qu’académicien, pour une fois, et j’en fus bouleversée :

 

A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents

Et on croit qu’ils voyageront toujours avec nous

Pourtant, à une station, nos parents descendront du train

Nous laissant seuls continuer le voyage

[…]

On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc

Vivons heureux, aimons et pardonnons,

[…]

 

Plume : CH

 

 

Flash info légèreté

Le principal trait de ton caractère ?

L’Empathie.

La qualité que tu préfères chez un homme / femme ?

L’ambition.

Ton principal défaut ?

L’indépendance.

Ton occupation (passion) préférée ?

Échanger avec mes amis sur tous les sujets.

Ton rêve de bonheur ?

Partager des moments avec des gens passionnés.

Le pays où tu désirerais vivre ?

Je suis vraiment parisienne,

mais si je devais quitter la France je choisirais une destination radicalement différente :

une île des Cyclades en Grèce.

J’y trouve la nature extrement belle et sauvage.

Ton œuvre préférée ?
J’adore le groupe Arcade Fire !
Ton héro ou héroïne ?

Dans la vie je n’ai pas vraiment de héro ou héroïne ou plus exactement j’en ai trop, je n’arrive pas à choisir.

Je vais donc me diriger vers la fiction et choisir Batman parce qu’ il est un des seuls supers héros à ne pas avoir de super-pouvoirs pour se battre contre le crime.

Le don de la nature que je voudrais avoir ?

Le don d’ubiquité.

Ton État d’esprit actuel ?

Déterminée à mener mes projets à bien.

La Faute qui t’inspire le plus d’indulgence ?

La maladresse.

Quelle est ta plus grande fierté ?

Mon parcours.

Quel est le mantra qui te correspond le plus dans nos collections :

Together StrongerSeul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Que t’inspire notre marque Mister k. ?

Mister K est la preuve qu’une nouvelle mode est possible.

Créative, engagée et responsable.

Que souhaites tu dire, conseiller, aux gens qui te découvrent aujourd’hui  ?

Qu’il faut faire confiance à la vie et se faire confiance On est souvent son propre frein.

 

POUR SUIVRE FATOU :