• Panier vide
Remonter

Aujourd’hui je vous présente Inès [Leonarduzzi]

Souvenez-vous, le 3 Mars dernier, je postais une citation de Paul Valéry qui m’est chère : « la meilleure façon de réaliser ses rêves est de se réveiller ».
Le 8 Mars qui suivit, Journée Internationale des Droits des Femmes, Inès , Siham et moi posions ensembles, unies pour une même cause , parmi tant d’autres causes.
Vous croyez aux coïncidences ? moi, pas !
Inès fait donc partie de l’immense vague des rêveuses éveillées hyperactives. Il est grand temps de prendre nos rêves pour des réalités.

Inès est la fondatrice de DIGITAL FOR THE PLANET.
Start up, cabinet de conseil en stratégie numérique, laboratoire de recherche ou bien ONG lanceuse d’alertes ? Pourquoi entrer dans une case, c’est tout ça à la fois. Seuls les voies et moyens – humains surtout – pour transformer la réalité, importent.

 

Les objectifs ?
Simples et basiques ! Faire de la planète un endroit où nous pourrons continuer à vivre sans fracas et sans pollution.

 

Inès analyse et projette des plans d’action dans un domaine bien précis qui risquerait d’échapper à ses créateurs et les utilisateurs compulsifs que nous sommes, s’ils se laissaient aller à fuir en avant comme des poulets sans tête : le NUMÉRIQUE .
C’est tellement utile le numérique. Nous l’avons appelé de nos vœux pour être mieux connecté, s’informer plus vite, alerter, se comprendre, se rassembler.
Mais la machine peut aussi dérailler , propager la peur, les fausses nouvelles, exacerber les pulsions médiocres. Pollution morale, mais aussi risque de pollution terrestre, mesurable.

 

Inès a ainsi étudié que la prolifération du numérique induisait plein d’effets funestes

 

– les savants disent «contre-productifs », euphémisme inventé pour désigner notre propension à nous tirer dans le pied – : prolifération du hardware, surconsommation d’énergie, recyclage hasardeux des machines obsolètes (…) . Pour ne prendre qu’un exemple frappant cité par Inès, le lithium qui entre dans la fabrication des batteries – nos batteries – et les terres rares qu’utilisent les nouveaux alchimistes de cette industrie, sont en voie de surexploitation en Chine et en Bolivie. Les paysans qui vivotent de leur culture (comme le quinoa en Bolivie) pourraient bien être spoliés de leur terre par l’ogre numérique qui a toujours plus faim. Attention, protégeons-les…
Mais est-ce une raison pour prôner le retour forcé au tam-tam et la charrette à bras en prédisant la fin du monde ?
Aurait-il fallu que Gutenberg renonce à inventer l’imprimerie parce que le besoin démultiplié de papier induisait le risque de déforestation ? Non évidemment.
Il n’y a pas de progrès absolument vertueux, il n’y a pas non plus de progrès possible sans DISCERNEMENT au mépris des droits humains fondamentaux.

Entourée d’une équipe d’une dizaine de chercheurs, experts, scientifiques, Inès et DIGITAL FOR THE PLANET multiplient les initiatives, fédérant des milliers de start up, courant le monde pour donner des conférences. Inès déploie toute son énergie pour convaincre qu’une écologie digitale est possible … enfin, seulement possible ? Non ! Impérative . Il nous faudra (très) vite arriver à un mode de vie altruiste où, tout en restant reliés les uns aux autres, nous saurons limiter , instinctivement presque, les effets nuisibles du numérique sur l’environnement.
L’instinct n’est pas le moindre don d’Inès. C’est peut être même le plus essentiel . Elle revendique de beaucoup fonctionner à l’instinct. Avant DIGITAL FOR THE PLANET, Inès avait capitalisé beaucoup d’expérience dans la stratégie numérique au service de grands groupes, LVMH et Kering notamment . Mais ces titans, bourrés de talents individuels à tous les étages, sont aussi des machineries tellement lourdes . L’homme-vigie du Titanic avait bien vu l’iceberg, mais le temps que l’alerte descende aux mécaniciens chargés d’inverser la vapeur, l’impact fatal avait eu lieu.
Inès sait que le futur ne peut plus attendre, ici et maintenant il faut changer.
«Réfléchir en stratège, agir en primitif » dit une des nombreuses fulgurances de René Char, c’est ainsi qu’Inès conçoit son éthique de l’action . Après l’analyse, quand vient le moment des actes, il faut avoir la même candeur et l’absence d’hypocrisie qu’un Indien d’Amazonie, chère au cœur d’Inès, les pieds bien sur terre sans que tout ce qu’il y a de bon en nous soit submergé par la technologie .
Des initiatives CONCRÈTES sont en route. Par exemple, Inès a planché avec des chercheurs américains sur une Intelligence Artificielle alimentée en énergies renouvelables (projet appelé Plana). Le même concept devrait pouvoir aussi s’appliquer à la gestion du numérique dans les entreprises et dans les connexions en ville…

Mais ce n’est pas assez ! Inès a fondé le réseau WOMEN INSPIRING TALKS. Comme on l’a vu avec Siham (Portrait précédent du Blog) Inès est aussi poussée par cette flamme que rien n’éteindra pour que les femmes partagent à parts égales avec les hommes l’immense gâteau des chances et opportunités. Inès s’est spécialement tournée vers L’Afrique, continent qui vous prend aux tripes, où l’extrême désespoir et les guerres cohabitent avec un formidable élan nouveau vers plus de dignité et de partage des richesses, grâce au numérique du reste. Sa rencontre avec le Dr. Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018 – le gynécologue congolais qui soigne les femmes meurtries – a profondément touché Inès. Le genre de rencontre qui nous permet de ne pas désespérer de l’humanité.

Mais d’où vient cette flamme ? 32 ans, guère plus de 50 Kilos, Inès quitte toujours la table avec la faim . Elle «adore la bouffe » dit-elle. Elle est plutôt insatiable. Née en Normandie dans un chaudron culturel qui rendrait zinzins les idéologues du cloisonnement et du repli sur soi, Inès est citoyenne du monde. Le Brésil avec ses immenses contradictions, mais surtout sa culture tropicale et sa nature qui n’ont pas abdiqué, est un pays qui fait battre le cœur d’Inès. Et puis… notre France, la France des Lumières. Inès pragmatique est bien diplômée d’une école de commerce, mais les langues, y compris le Mandarin ! et la littérature sont ses vrais passeports pour ailleurs. Un jour prochain elle publiera quelque chose. Je n’en sais pas plus, mais je gage qu’il sera question d’humanisme et que Flaubert l’aura inspirée :

 

« Élargissez votre horizon et vous respirerez plus à l’aise. Embarquez-vous pour faire le tour du monde. Sinon, faites le tour du monde dans votre chambre.
Étudiez ce dont vous ne doutez pas :
LA TERRE »*

 

* lettre de Gustave Flaubert à Marie-Sophie son amie . 6 Juin 1857, pas une ride !

Plume : CH

 

Flash info légèreté

Le principal trait de ton caractère ?

Gourmande, j’adore la bouffe !

La qualité que tu préfères chez un homme / femme ?

L’humour.

Ton principal défaut ?

Bordélique.

Ton occupation (passion) préférée ?

La lecture.

Ton rêve de bonheur ?

Un cube en verre au milieu de la forêt. Avec mes enfants et mon chéri. Des bottes Aigle et des livres.

Le pays où tu désirerais vivre ?

Le Brésil, pays de cœur.

Pourquoi ? J’ai vécu là-bas. Les gens sont terriblement amoureux, de tout.

Rio est une des rares villes où la nature a gardé tous ses droits

Ton livre préféré ?

Interstellar, je suis une fan de Nolan.

Les 1001 Nuits, un puits de Sciences.

Double concerto de violon de Bach.

Ton héro ou héroïne ?

Batman : il n’a pas de super pouvoir, sa peur devient sa force.

Le don de la nature que tu voudrais avoir ?

Pouvoir d’intrication (être dans deux « états » en même temps).

Ton État d’esprit actuel ?

Rêveuse mais pragmatique !

La Faute qui t’inspire le plus d’indulgence ?

Avoir surjoué par excès de confiance.

Ta devise ?

Sur un malentendu ça peut toujours passer…

Quel est le mantra qui te correspond le plus dans nos collections :

Together Stronger : J’ai une équipe formidable.

J’ai fait beaucoup d’aviron, il faut être synchronisé toute l’équipe est une personne.

Que t’inspire notre marque Mister k. ? 

La bonté.

Que souhaites tu dire, conseiller, aux gens qui te découvrent aujourd’hui  ?

Lisez beaucoup.

 

 

POUR SUIVRE INÈS :

 

https://digitalfortheplanet.com/

https://twitter.com/inesleonarduzzi

https://www.linkedin.com/in/inesleonarduzzi

 

3 commentaires

  • Marie Laure5 mois ago

    répondre

    Pourquoi la blouse Oprah n’existe t’elle qu’en petites tailles ? 34/36/38/40 c’est très restrictif!

  • Dominique5 mois ago

    répondre

    Une très belle personne qui croque la vie avec dynamisme donne espoir dans notre monde de demain bravo INES continuez comme ça vous êtes lumineuse

Laisser un commentaire

 

Je m'inscris !

pour ne rien manquer de nos nouveautés,

et être avertie des articles postés sur "La Revue" !